CUBA
La Perle des Caraïbes

Flag of Cuba
INFORMATION
FR--Page en Francais-|-Pagina en Español -ES

Vous êtes ici -:- Accueil ->>- Information -

 

 



Le 31/12/2008 :

Le 28/12/2008 : Raul Castro annonce plus de rigueur et la fin des "subsides excessifs". Le président cubain Raul Castro a annoncé samedi plus de rigueur dans les
dépenses et l'élimination progressive des "allocations indues" à la population, dans le cadre de mesures destinées à relancer l'économie exsangue de l'île communiste.
Après avoir résumé la difficile situation économique de l'île, le président cubain a déclaré qu'il fallait "rationaliser" les dépenses et "éliminer peu à peu les allocations indues et les subsides excessifs", lors d'un discours au Parlement qui a par ailleurs approuvé une loi repoussant l'âge de la retraite. Les dépenses seront étroitement contrôlées par un organe qui doit être créé en 2009 et dépendra du gouvernement. "On ne peut pas diriger et contrôler et être à la fois tolérant, jouer le rôle de la bonne personne", a-t-il dit. Dans le cadre de ce plan de rigueur, les déplacements à l'étranger des fonctionnaires et entrepreneurs cubains seront réduits de 50% en 2009, a annoncé M. Castro, 77 ans qui a pris la relève en juillet 2006 de son frère Fidel, 82 ans, malade. Quant aux services offerts par l'Etat à la population, ils "doivent se limiter à assurer équitablement à tous les citoyens des questions vitales comme l'éducation, la santé, la sécurité et l'assistance sociale", a-t-il dit, prévenant que "pour maintenir le niveaux actuels, il faut produire plus". "Si je n'ai pas besoin de travailler pour satisfaire mes besoins et que l'on me donne des choses gratuites par ci par là, je ne vais pas demander à travailler", a-t-il dit. Il a souligné que "chacun devait recevoir selon travail" et que le salaire devait retrouver "sa vraie valeur". Une loi sur le déplafonnement des salaires, la première mesure à avoir prise M. Castro en rupture avec le dogme communiste de l'égalitarisme en la matière, doit entrer en vigueur le mois prochain. Le président s'est félicité de la loi sociale qui repousse de cinq ans l'âge de la retraite à 65 ans pour les hommes et 60 ans pour les femmes, y voyant une mesure "respectueuse des intérêts des travailleurs et qui tient compte de la réalité économique et démographique" de ce pays. Quelque 1.600 retraités ont par ailleurs accepté de reprendre leur travail d'enseignants cette année pour combler un déficit, a-t-il souligné. La séance du Parlement, qui se réunit deux fois l'an, s'est terminée sur un hommage à Fidel Castro, 82 ans, "Lider maximo" d'une Révolution qui marque le 1er janvier son cinquantième anniversaire. Dans une "réflexion" qu'il multiplie dans la presse locale depuis sa "retraite médicale", Fidel Castro avait appelé à plus de contrôles sur les ressources du pays, mais aussi à revenir à un socialisme "pur et dur" face à la crise économique mondiale. L'économie cubaine traverse une période très difficile en raison notamment de la baisse en 2008 sur les marchés mondiaux de 41% sur un an des prix du nickel, principal produit d'exportation cubain, et du passage de trois ouragans ayant causé en 2008 pour 10 milliards de dollars de pertes, soit 20% du PIB de cette île de 11,2 millions d'habitants.

 

Le 13/12/2008 : Le président cubain Raul Castro a effectué samedi au Venezuela, son principal allié économique et politique, sa première visite
officielle en tant que chef d'Etat depuis qu'il a pris la relève en 2006 de son frère Fidel à la tête de Cuba. Le dirigeant communiste, dont l'avion
a atteri à 11h00 locales (15h30 GMT) à l'aéroport international de Caracas, ne devait rester que quelques heures au Venezuela à l'occasion
de ce déplacement symbolique auprès de son principal allié dans la région. Accompagné de plusieurs ministres, Raul Castro, 77 ans, a reçu une
vigoureuse accolade de son homologue Hugo Chavez, chef de file de la gauche radicale en Amérique latine et bête noire des Etats-Unis, qui l'a
accueilli avec les honneurs militaires. Les deux hommes devaient avoir en fin de journée une séance de travail au Palais de Miraflores de
Caracas où devait s'achever la 9e réunion de la commission intergouvernementale des deux pays, qui s'était ouverte la veille. Auparavant, ils
devaient se rendre au Panthéon national pour se recueillir devant les restes de Simon Bolivar, grand artisan de l'émancipation des colonies
espagnoles au XIXe siècle. Le président cubain n'avait pas encore effectué de visite officielle à l'extérieur de l'île depuis qu'il avait pris en
juillet 2006 la relève de son frère Fidel Castro, resté à 82 ans et malgré la maladie un des gardiens du régime. M. Chavez, qui se considère
comme le "fils spirituel" du vieux dirigeant historique cubain, lui a déjà rendu plusieurs fois visite dans sa "retraite médicale" tenue secrète dans
les environs de La Havane. Selon lui, la visite de Raul Castro a "la même signification" que celle de son frère à Caracas au lendemain de la
révolution cubaine. Vingt-deux jours après la chute de la dictature de Fulgencio Batista le 1er janvier 1959, le "lider maximo" s'était rendu
dans la capitale vénézuélienne, d'où il avait prononcé son premier discours hors de Cuba. "Raul va répéter l'histoire", a estimé M. Chavez.
Le président cubain devait initialement effectuer son premier déplacement international au Brésil pour le sommet Amérique latine-Caraïbes
prévu mercredi prochain, avant que Hugo Chavez ne fasse l'annonce le mois dernier que cette première visite se ferait à Caracas.
"Raul Castro nous a annoncé, il y a quelques jours, qu'il avait été invité au Brésil, en Chine, en Russie, mais il ne peut aller dans aucun autre pays
avant de venir comme président de Cuba au Venezuela", avait-il dit. Outre les liens politiques, Caracas est devenu le premier partenaire
économique de La Havane, à la suite de l'effondrement de l'Union soviétique au début des années 1990 et l'arrivée de M. Chavez au pouvoir
il y a dix ans. Principal exportateur latino-américain de pétrole, le Venezuela a signé de nombreux accords de coopération économique avec
Cuba auquel il fournit notamment à prix préférentiels quelque 100.000 barils de brut quotidiens en échange de l'envoi de médecins cubains.
Les deux pays, en très mauvais termes avec les Etats-Unis --qui maintiennent depuis 1962 un embargo contre Cuba-- se sont rapprochés ces
derniers temps de la Russie, dont les relations sont tendues avec Washington en raison notamment de son projet de bouclier antimissile en
Europe de l'Est. Caracas et La Havane ont par ailleurs lancé en 2005 l'Alternative bolivarienne pour les Amériques (Alba) dont font partie
également la Bolivie, le Nicaragua et le Honduras et qui se veut une alternative à la Zone de libre-échange des Amériques (ZLEA) promue
par les Etats-Unis.

 

Le 18/11/2008 : Le président chinois Hu Jintao a discuté mardi de la crise financière mondiale avec Fidel Castro et signé des accords économiques
avec Raul, frère et successeur du "Lider Maximo" cubain, afin de renforcer la coopération avec un pays "frère" à l'économie exsangue. Dans le cadre
des accords conclus entre les deux présidents, la Chine accorde un crédit de 70 millions de dollars pour la modernisation des hôpitaux de la capitale
cubaine, un don de 10 M USD pour des projets socio-économiques, et accepte de restructurer la dette cubaine contractée dans les années 1990.
Il s'agissait de la première rencontre entre Hu Jintao et Raul Castro depuis que le Lider Maximo de 82 ans a dû céder le pouvoir pour des raisons
de santé, de façon provisoire en juillet 2006 puis définitive en février dernier.
Le dirigeant chinois, qui effectue sa deuxième visite à Cuba depuis 2004, a été reçu par Fidel Castro qui n'a plus fait d'apparition publique depuis
une grave opération fin juillet 2006, mais continue de veiller minutieusement à l'évolution de la politique cubaine. " Je peux voir que vous êtes rétabli
et que vous avez de l'énergie et j'en suis heureux ", a déclaré le président chinois à Fidel Castro avec qui il a eu une " longue discussion " sur la crise
financière mondiale et les relations bilatérales, selon l'agence chinoise Xinhua.
Sur une photo diffusée par Xinhua, le "Père" de la révolution cubaine de 1959, qui s'est dit heureux de revoir un "vieil ami", apparaît en survêtement
de sport, plutôt maigre, le regard creux. La télévision cubaine a diffusé une autre photo de cette rencontre dans laquelle on voit le " Comandante "
de profil en train de serrer la main à M. Hu.
Le président chinois a pu par ailleurs apprécier les talents de chanteur de Raul Castro, 77 ans, qui devant des étudiants chinois, a chanté en chinois
un hommage à Mao Zedong, appris il y a 55 ans lors d'un Congrès de jeunes communistes en Autriche. Cette visite a aussi été l'occasion pour la Chine
de livrer 4,5 tonnes d'aide humanitaire pour venir en aide à Cuba frappée depuis août par trois ouragans qui ont fait officiellement pour près
de 10 milliards de dégâts et entraîné des pénuries d'aliments sur les marchés.
La Chine est après le Venezuela le plus important partenaire commercial de Cuba avec des échanges de 2,6 milliards de dollars en 2007.
Ces deux Etats communistes, qui ont réchauffé leurs liens après la chute de l'URSS en 1991, conservent cependant des modèles divergents: Pékin a
depuis longtemps instauré une économie de marché, alors que l'Etat cubain continue de contrôler plus de 90% de son économie. Le journal officiel
Granma a souligné lundi les travers du développement phénoménal de la Chine, confrontée selon lui à "une distribution inégale des revenus, à une
différence marquée entre les villes et les campagnes, et à la dégradation de l'environnement".
La diplomatie cubaine semble de son côté montrer ces derniers de signes d'ouverture tous azimuts. La Havane a renforcé ses liens avec son ancien
allié moscovite de la guerre froide, le président Dmitri Medvedev étant attendu le 27 novembre, et a renoué en octobre la coopération avec l'Union
européenne après un gel de cinq ans en raison de divergences sur la question des droits de l'Homme.

Le 20/10/2008 : Cuba va-t-il se rejeter dans la gueule du Loup ? Des discussions, des réunions et des bases de futurs
partenariats ont lieu et... ont eu lieu avec des représentants de la Russie à de très hauts niveaux. Une Base Navale Russe et une Base
Spatiale Russe sont à l'Ordre du jour, comme le montre un article richement argumenté paru sur BBC Mundo ( ici ). Une Eglise
Orthodoxe flambante neuve vient même d'être inaugurée à La Havane. Construite en "toute cachette", elle a été en partie
(voire majoritairement) financée par l'ile cubaine. Fidel Castro, baptisé à l'age de 8 ans par des Jésuitres, se rapprochant
la fin de sa vie sur Terre et après avoir joué à la chasse au Sorcière avec les Religions pendant des décénnies, serait-il en train
de se rapprocher des étoiles... Quant à Raul Castro, cherche-t-il à agacer et à titiller les Etats-Unis avec ses nouveaux
accords et ses futurs projets. Mais peut-il vraiment se fier à Vladimir Poutine, au KGB... et aux nouveaux Patrons Capitalistes...
de la " Mère Patrie " ? La Guerre des Missiles ( 1962 ) n'aurait-elle pas servie de Leçon ? Raul veut-il se faire un prénom ?
Mais lequel ? Lui qui a toujours été dans l'ombre de son frère et qui a toujours été un fervant Communiste. Hier comme aujourd'hui...


Le 06/10/2008 : La crise Financiere Mondiale et les dégâts des Ouragans " Gustav " et " Ike " rendent la vie encore plus
difficile a Cuba. Moins de Tourisme... (de gros dégâts matériels sutout à Pinar del Rio et sur l ile de la Jeunesse). Il y a
donc moins de touriste et moins de capitaux étrangers et par conséquence : moins de travail. De plus, les produits se
raréfient sur la plus belle ile des Caraibes. Les Cubains ont du mal à trouver (même avec de l'argent) certains produits.
Quel est " le plan de sauvetage " des hommes du " 26 Juillet " et notamment de leur leader actuel : Raul CASTRO ?

Le 13/10/2008 : Baisse du Tourisme à Cuba. Les Cubains trouvent de moins en moins de produits importés.

Le 28/09/2008 : Crise financière : vers une "Période" encore plus " Spéciale" a Cuba ? ou Raul a tout prévu ?

Le 30/09/2008 : Les finances du Capitalisme peuvent-elles avoir des influences sur les finances du Communisme ?

 

NEW and NEWS a CUBA
NOUVEAU y NUEVO

NEW CUBA
CUBA NUEVO

NUEVO HABANA
NOUVEAU HAVANE

la perle des caraibes

Vous êtes ici -:- Accueil ->>- Information -

 


© 123CUBA.EU 2006/2012 -  123CUBA.EU Tous droits réservés - Autorisation CNIL : n° 1048526 - Photos NON libres de Droits.
Mise à Jour de la Page Version 2.0 : mardi 17 janvier, 2012
Contact  |  Liens & Partenaires  |  RSS  |  Infos Légales
#  | 
# | #  | #

CASH PARIS - CASH EXPRESS PARIS - CASH PARIS BOUTIQUE EBAY ™ - CASH BOUTIQUE © PRICEMINISTER

Utiliser ce site Web signifie que vous acceptez les conditions générales. 123CUBA.EU dans vos favoris
#  |  # | #  | #